Bienvenue au Sénégal : Veuillez suivre le guide !

Le 20 Février 2005, j’étais interwievé par Jacques Pradel lors de son émission voyage sur Europe 1.
C’est en voulant interroger un spécialiste de la destination Sénégal
que Jacques Pradel s’est adressé au guide de tourisme « Le Petit Futé« .
A cette époque j’étais également le directeur du Tamalodge,
Petit Hôtel authentique et plein de charme sur la Petite-Côte Sénégalaise.

Coucher de soleil sur une plage du Sénégal

Téléchargez votre guide gratuit !

Jacques Pradel : Au Sénégal, évidement par le téléphone, pour retrouver Patrice Le Bellec. Bonjour, vous êtes en ligne ?

Patrice Le Bellec : Oui, tout à fait, Bonjour ! Vous allez bien ?

Jacques Pradel : Oui oh ben nous Bien … On vous envie un petit peu, si vous voulez que je sois sincère, on vous envie un petit peu, en plein milieu du mois de février, d’être vous au Sénégal. Vous êtes à Saly Portudal exactement.

Jacques Pradel : C’est loin de Dakar ?

Patrice Le Bellec : C’est à 80km au Sud de Dakar, sur la Petite Côte.

Jacques Pradel : D’accord, Et vous êtes le correspondant du Guide Le Petit futé. L’un de ces guides est consacré entièrement au Sénégal

Jacques Pradel : Qu’est-ce que c’est comme métier d’être correspondant d’un guide touristique dans un pays ?

Patrice Le Bellec : Bon en un moment c’est trouver les bons plans du pays, c’est fureter, c’est découvrir toutes les bonnes choses, les choses intéressantes à faire au Sénégal. C’est réactualiser les données pour que les gens aient une information qui soit précise à chaque fois.

Jacques Pradel : S’il y avait un cocktail à imaginer pour des vacances au Sénégal, on dirait : Gentillesse, hospitalité, culture, soleil.

Jacques Pradel : Ça vous va comme définition ?

Patrice Le Bellec : Oui, on peut le résumer ainsi. A 5 heures de vol de Paris, c’est vraiment une destination qui est ensoleillée toute l’année et le soleil transparaît sur le visage des sénégalais. C’est un pays qui reste pauvre et pourtant  chaque jour, chaque jour on ne voit que des sourires. Partout où on va ce ne sont que des sourires !

Jacques Pradel : Ce n’est pas la carte postale touristique, l’image d’Épinal, c’est vrai tout simplement !?

Patrice Le Bellec : C’est vrai, c’est vrai et chaque sénégalais est là pour le rappeler : L’importance de la Teranga. En wolof, la langue du Sénégal ça veut dire l’hospitalité. C’est-à-dire qu’on peut arriver dans n’importe quelle famille et se faire offrir un repas sans qu’on soit invité.

Jacques Pradel : oui, faut pas en profiter trop non plus quand même.

Patrice Le Bellec : Ils n’ont jamais l’impression qu’on en profite. C’est normal, il y a toujours une place pour l’imprévu. Ils y tiennent fortement.

Jacques Pradel : Pour ceux qui ne connaissent pas le Sénégal, on sait que c’est le pays le plus à l’ouest du continent africain. C’est un pays qui est très grand ? Il y a des régions très différentes j’imagine,  avec des climats différents et avec des centres d’intérêts différents pour les voyageurs.

Patrice Le Bellec : Oui alors, le Sénégal a beaucoup de charmes et beaucoup de paysages différents avec au nord sur la frontière mauritanienne des régions plutôt désertiques.

Quand on va à l’extrême sud c’est la Casamance et on arrive vers des paysages tropicaux.

A l’est du Sénégal c’est le pays Bassari et les grandes réserves animalières. Bon je crois que c’est la découverte de l’Afrique authentique vraiment ce pays Bassari.

En démarrant de la Petite-Côte, on va vers le Sine Saloum et des paysages de palétuviers (dans la mangrove en pirogue) et les grandes réserves animalières ou il existe encore des lions au Sénégal.

Mais c’est aussi pour les amoureux des oiseaux le parc national du Djoudj du côté de la région de Saint-Louis où tous les oiseaux viennent migrer pendant l’hiver, c’est absolument fabuleux.

Jacques Pradel : Comment on se déplace à l’intérieur du Sénégal ?

Patrice Le Bellec : De différentes manières ! Vous pouvez vous déplacer en car rapide, en taxi, taxi-brousse, voiture 7 places. Pour faire une centaine de kilomètres, ca vous coutera 1000 Fcfa donc un peu plus de 1,50 € aujourd’hui, pour une centaine de kilomètre oui.

Jacques Pradel : Quand on n’aime pas trop suivre les panneaux touristiques, est-ce que c’est vraiment un pays ou vous pouvez nous confirmer par exemple qu’on peut y aller sans forcément avoir tout réservé de France avant de partir ?

Patrice Le Bellec : Ha oui tout à fait ! Ce pays est un pays qui laisse une place à l’imprévu… donc vous trouvez des campements de charme un petit peu partout, dans toutes les régions. Vous trouverez toujours de quoi vous loger.

Jacques Pradel : Quels sont vos coins préférés à vous ?

Patrice Le Bellec : Moi, j’aime beaucoup la mer et les cocotiers vous savez ! On s’y détend très bien après le travail… Voilà !

Jacques Pradel : D’accord !

Jacques Pradel : Quand on ne connait pas un pays, on se dit : Est ce qu’il y a des hôtels partout ? Est-ce qu’on a de l’hébergement chez l’habitant ? Comment on se débrouille ?

Patrice Le Bellec : Oui vous trouvez tout ce que vous voulez…de l’hôtel grand luxe jusqu’au petit campement villageois … Là vous êtes vraiment dans le bain … Directement.

Jacques Pradel : D’accord et bien écoutez, je vous remercie beaucoup donc pour le reste et pour les bonnes adresses on se réfère au Guide Le petit futé Sénégal. Je vous remercie beaucoup Patrice Le Bellec.  Au revoir !

Patrice Le Bellec : Je vous en prie, au revoir !

PS : SI vous voulez voir mon parcours c’est ici

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *